Darly Renois: cinq livres à lire cet été

Écrivain, poète, éditeur, Darly Renois vous propose ces cinq livres pour cet été.

1- MYET MOSO [Darly Renois]

En premier lieu je vous invite à lire Myèt Moso, ce receuil de poème qui décrit la realité haitienne, la douleur d’un peuple qui en a mare. Ce receuil qui dénonce en invitant les peuples souffrants du monde à se defaire des politiciens vendeurs de pays. C’est un receuil de poème qui nous parle.

2- Les brasseurs de la Ville [Evains Wesh]

Paru en 2014, ce livre est une radiographie de notre vie, de notre façon de ‘’ bouske la vi’’. Un livre compagnon que tout lecteur doit lire absolument. Les Brasseurs de la ville est un livre phare pour toute personne qui aimerait comprendre la vie et comment s’y prendre pour l’apprivoiser. Un livre sociologique , psychologique , folklorique. Tout un package de style de vie, de personnages retraçant notre haitianité, notre mounite.

3- Les villages de Dieu [Emmelie Prophète]

Ce livre m'interpellé au plus haut point dès son apparition. J’etais habitué au bruit des armes. J’ai grandi dans cette cité où jamais il n’y avait eu de trèves, où la mort circulait à midi comme à minuit... À partir du moment où j’ai lu l’article de RICOT MARC SONY sur le livre paru dans le Nouvelliste le 29 Janvier 2021, j’ai eu tout de suite cette envie dans mon âme d’écrivain de parcourir ce livre dans lequel la mort, le viol, la prostitution, la misère noire, les gangs sont decriés. Avec la plume de Emmelie Prophète, c’est déjà quelque chose de nouveau avec un style bien soigneux. Le temps de terminer la lecture de ce chef d’oeuvre, j’invite les lecteurs à s’embarquer avec moi dans cette grande aventure.

4- Made In Kay Voisin [Inema JEUDI]

Un recueil de poème avec une touche historique qui rend hommage à Dessalines, le père fondateur de la patrie. Ce receuil dénonce aussi le côté trop paresseux d’un peuple qui refuse de puiser dans son histoire, ses pouesses. Ce receuil s’inscrit dans une mise en valeur de la langue vernaculaire. Il y a en nous encore cette force de créer, de construire une valeur haitienne, caraibéenne en se servant de notre passé comme repère.

5- Lakou Zando et/ou lakou zoubka également.

Deux oeuvres de deux jeunes poètes léoganais qui nous transportent dans notre vie ancestrale. Les deux jeunes poètes Ansky Hilaire et Plim san Koulè ont réussi le pari. Faire de nous des acteurs/spectateurs de nous mêmes. C’est toute une psychologie qui se dégage et qui nous invite à voir en nous-mêmes nos valeurs. Ces valeurs qu’on doit proteger et nous faire sienne. Ces valeurs que les autres les étrangers viennent souvent nous dérober.

Littérature
 2021-07-20 |

Partager sur :

Laisser un commentaire
aucun commentaire pour l'instant