Élusma Méthélus*, 19 ans, un autre rescapé des rivalités à Martissant

Ce papier est le deuxième d'une série de quatre articles consacrés aux victimes de l'insécurité de Martissant qui paraîtront au cours du mois de juin 2021 sur notre site (www.kafounews.com).



Les affrontements entre les gangs armés de Martissant à la date du 06 au 12 juin 2021, ont endeuillé plusieurs familles. Des dizaines de victimes ont été recensées dont des blessés par balles, des personnes portées disparues, des corps carbonisés ou des personnes noyées en tentant de prendre la fuite par la mer.

Élusma Méthélus, un jeune homme de 19 ans, a lui même déclaré avoir perdu l'un de ses meilleurs amis, assassiné sous ses yeux mercredi 2 juin 2021. Méthélus est un élève de 9ème année fondamentale, il nous a également raconté sa dernière nuit à Martissant.

"Lè bagay yo fenk kòmanse, mwen vrèman pa t konnen sa pou m fè" introduit le jeune homme qui poursuit aussitôt, "manman m enfim, mwen pa konnen si pou m sove tèt mwen oswa si pou mwen rete kote l. Se li men m ki vin di m jouk aprè mwen mèt ale. Mwen te avèk yon zanmi m ki rele John, lè nou te sòti a te preske pa ret moun nan zòn nan. Ba l ap chante toupatou. Nou kouri desann sou lari a, mwen te rete anlè nan matisan 23, kou nou prèske rive nou tande bri ba l pi pre nou. Mwen kouri retounen, zanmi m nan kontinye li men m, men se lè mwen rive pi devan m ap wè sa, mwen vin pa santi l bò kote m nan ankò. Mwen fè yon ti kanpe pou m ka wè kote l fè, se lè sa mwen wè do l ap desann pi ba a, aprè sa mwen tande yon bri bal epi mwen wè l tonbe. Mwen pa wè moun ki tire a. Mwen pete kouri tounen."

Au moment où Élusma Méthélus tentait de sauver sa peau, d'autres jeunes de son âge suivaient des cours en classe. Lui, il est en cavale, le jeune homme dit qu'il ne se souvient plus la dernière fois où il a mis les pieds à l'école. Au début c'était par faute d'argent, maintenant c'est à cause de l'insécurité qui bat son plein. Pendant un long moment, il garda le silence. Il dit qu'il essaie de se souvenir les beaux moments passés avec John, son meilleur ami qui a été assassiné sous les balles des bandits de Martissant. "Mwen wè kadav li 2 fwa. Lè yo tire l la ak lè m ap eseye sove a. Lè m te vin wè mwen p ap ka pase sou lari a, mwen te oblije pran do kay pou mwen. Aprèsa, pran kèk koridò. Se sou do kay sa yo mwen konn fè ti kanpe pou m gade kadav jèn gason tankou m ki kouche nan lari a" , explique-t-il. Méthélus se tenait debout, près de la porte d'entrée du gymnasium. Depuis dimanche, il est au Centre Sportif de Carrefour, mais c'est ce mercredi 09 juin qu'il a vu sa mère, soit huit jours plus tard. Cette dernière a été victime d'une crise d'hypertension artérielle et a perdu la mobilité d'une partie de son corps. C'est son mari qui a dû passer la prendre après que son fils Méthélus soit parti sous ses ordres. Ensemble, elle et son mari, ont dormi dans un garage à Bizoton après avoir fui leur maison. La mère de Élusma Méthélus ne pouvait pas nous parler, car elle venait de se faire arracher une dent.

"Mwen fè konbyen jou mwen pa ka dòmi, m ap plede priye Bondye pou manman m pa mouri", dit le jeune homme, la voix tremblotante. Il poursuit:"Pou mwen sa ki pase matisan an semèn pase a pi di pase tout sa ki pase deja, paske se premye fwa mwen oblije kite zòn nan tèlman bagay yo grav". Élusma Métélus conclut on nous disant qu'il ne compte pas retourner habiter à Martissant 23 de peur d'être assassiné comme son ami.





* Nom d'emprunt

Société
 2021-06-15 | 1

Leon'art Charles

Je suis un passionné de lecture et d'écriture

Voir tous les articles de Leon'art Charles

Partager sur :

Laisser un commentaire

Guismet voicy

Sa trissss anpil wi fanmi

Le 15/06/2021 à 01:03:44