Photo prise lors de la célébration des deux ans de Week-End Poétique

Léonardo Bélance, pour l’amour des livres et du théâtre


Léonardo Bélance, jeune comédien et bibliothécaire résidant dans la commune de Carrefour, a vécu la prodigieuse expérience de vivre l’expression de son art et la puissance de sa passion. Le premier choix fort de sa vie fut de croire en ses rêves et de croire en lui-même. Ainsi, lorsqu’il s’est retrouvé dans une famille où il estime avoir été incompris, il a dû prendre sur lui-même pour affirmer sa force et assumer son identité. Issu d’une fratrie de sept enfants dont il est le cadet, il n’a jamais pu s’entendre avec ses ainés. Ces derniers le trouvaient « différent ». "C'était très difficile, chez moi. J’ai grandi en plein milieu d’un conflit qui m’a ravi une partie de mon adolescence et j’en porte encore les séquelles", se remémore--il.

Le jeune comédien est de ceux qui font de leur différence une force. En dépit de toutes les difficultés, il a maintenu le cap. Deux ans après avoir bouclé ses études classiques, il entreprit des études en médecine à l’Université de la Fondation Aristide (UNIFA) qu’il n’a pas pu terminer, faute de moyens. Celui qui aurait pu devenir médecin a finalement intégré l’Université Polyvalente d’Haïti (UPH), où il a étudié les Sciences du Développement. Mais, en parallèle, il n’a jamais cessé d’exercer son art, celui qui le permettait d’exprimer sa vision et sa philosophie de la vie, ses frustrations et sa douleur: le théâtre. Il estime avoir été contraint de grandir très vite afin d’assurer ses arrières, puisque ses parents ne le supportaient pas dans ses choix. Des choix qu’ils respectaient, cependant, car le jeune Léonardo, tenace, ne leur laissait pas le choix.

"Ils me reprochaient d’être désobéissant et agressif, mais je n’avais pas le choix. C’était le seul moyen de protéger mes rêves. Leur silence frisait l’abandon, et cela me brisait de l’intérieur car tout ce que je voulais c’était qu’ils m’accompagnent avec amour dans cette aventure", nous dit Léo, un brin de tristesse dans la voix.

Il a 14 ans lorsqu’il intègre une école de théâtre. Encore écolier, sa carrière va l’emmener dans une folle succession d’aventures qui vont forger l’homme qu’il est devenu. Ces expériences lui ont permis de grandir et de résister face aux nombreux défis de la vie.

"Le théâtre représente un monde avec sa fragilité, sa folie et sa sensibilité. Une loge où la passion initie chacun à vivre un apprentissage perpétuel. Une loge où il y a de nombreux grands mais où il n’y a pas de petits", précise-t-il.

Dans son désir de créer un monde rempli d'aventures, Léonardo ne s’est pas limité à faire du théâtre. Il est également l’animateur de la bibliothèque Paulette Poujol Oriol, au Centre Culturel Municipal Emmanuel Charlemagne (CCMEC). Son rôle de bibliothécaire dans ladite institution lui permet d’être le trait d’union entre les auteurs et les lecteurs. Cette fonction qu’il estime sacrée, plus qu’un travail, fait de lui un accompagnateur et un promoteur du livre et de la culture. "Être comédien et bibliothécaire est une jonction qui me permet de contribuer à pérenniser le patrimoine intellectuel de mon pays", explique l'admirateur de l'illustre comédien Daniel Marcelin.

Un recueil de poésies en route

Après ce parcours prouvant aux autres qu’il avait raison de croire en ses rêves, il affirme que certaines choses ont changé du côté de ses proches. Ceux-ci lui manifestent désormais beaucoup d’amour et de considération. Son public ne cesse de le motiver à peaufiner son art. "Un artiste n’a pas uniquement besoin de beaux discours et d’acclamations pour garantir son existence dans le domaine où il évolue. D’autres éléments sont tout aussi nécessaires à cela. C’est pourquoi je remercie Gabynho (CEO de Kafounews, ndlr) qui réalise un travail immense en aidant de jeunes talents à aller au bout de leurs rêves", témoigne-t-il.

L’histoire de Léonardo vient étoffer la longue liste des exemples qui prouvent qu’il ne faut jamais abandonner. Lui, il est déterminé à créer un patrimoine qu’il laissera en héritage aux générations futures. D’ailleurs, il n’est pas à court de projets. Il compte publier un recueil de poésies à l’aube de l’an 2023. Ses rêves sont si nombreux qu'il ne préfère pas en parler. Son parcours lui a appris que les résultats parlent d’eux-mêmes et envoient au tapis toute tergiversation.



Jean Rony Charles

Culture
 2022-11-02 | 1

Partager sur :

Laisser un commentaire

Hensen

Brother ou nan sans mwen freo

Le 02/11/2022 à 01:47:16