Mots ailés, jeux mots-dits: une célébration poétique

Lire de la poésie c'est se faufiler dans les interstices de la passion humaine. C'est visiter les recoins de la fragilité de l'Homme. Un pari que Floriyo Jean Grégory a gagné avec son premier recueil de poèmes intitulé: "Mots ailés, Jeux mots-dits". L'amour, la joie, les fleurs, la femme, la tristesse, l'existence, la philosophie, autant de thèmes passés au peigne fin par le poète.

La vie
C’est un poème
Ça chante
Ça parle
Ça hurle
Ça gronde
Et ça se tait
...

Je vogue désormais
Dans un univers
Dans lequel je soumets les mots
À ma plume
Trébuchant
Tout concept
Du sang à l’âme

"Mots ailés, jeux mots-dits" répond parfaitement au but de la poésie tel que décrit par Edgar Morin dans son livre "Amour, sagesse et poésie". Le but de la poésie, dit-il, c'est de nous mettre dans un état second, ou plutôt, de faire que l'état second devienne l'état premier. Même le lecteur lambda ne peut éviter d'entrer en symbiose avec ce livre quand il ouvre la première page. Une célébration poétique!

Tous les soirs
À la même heure
Pour séduire les étoiles
Les poèmes
En petite tenue
Flânent sur les trottoirs
Des pages vierges
Au vu et au su
De la plume
De l'encrier
Et des mots ailés.

Ce livre est un hymne aux relations sentimentales durables. L'amour comme l'incarnation du perpétuel.

Ni la nuit épaisse
Ni le frivole jour
Ni l'été cruel
Ni l'automne
Ni le temps qui passe
Repasse et trépasse
Ni rien !
Ni personne !
Ne pourront s'en prendre à notre amour
À notre amour éternel ...

La poésie de Gregphile n'est pas rectiligne. Elle suit les courbes du rytme émotionnel de l'auteur.

J'ai vu ma tête coupée
Dans une tasse
Non sucrée
Qui fume bonheur et espoir
Le temps me tue à petit feu
Dans l'effervescence de l'arôme
Etc.

Floriyo Jean Gregory est un fin jongleur de mots. Sa poésie est une source intarrissable de rêveries, un appel à la consommation abusive de l'amour. Une première oeuvre qui n'est pas un coup d'essai. L'auteur traite chacun des thèmes choisis avec une dextérité de main de maître. C'est un mélange d'images et de musicalité qu'il faut vite découvrir.

Littérature
 2022-08-15 | 1

Gabynho

Journaliste et activiste culturel

Voir tous les articles de Gabynho

Partager sur :

Laisser un commentaire

Stevenson BAZELAIRE

Bon bagay.
Tèks la frivòl

Le 15/08/2022 à 18:25:19